Quelques informations au sujet de Wolfgang Raible
version allemande de cette page
English version of this page
lo mismo en en castellano

Voilà son portrait
Wolfgang Raible: Mulhouse, MAI 2016, dans un automoteur muséal

Wolfgang Raible est né à Stuttgart. Il fait des études classiques, en philosophie et en philologie romane à Kiel, Innsbrück, Poitiers et Salamanque. En 1965, il obtient son doctorat à Kiel et devient assistant de Harald Weinrich à l'Université de Cologne où il soutient, en 1971, sa grande thèse (linguistique textuelle et romane). En même temps il devient professeur adjoint à Cologne et, en 1975, titulaire d'une chaire à l'Université de Siegen, 1978 à l'Université de Fribourg-en-Brisgau. Depuis le 1er avril 2007 il jouit du statut de professeur des universités émérite.

A Fribourg, il fonde un centre de recherches interdisciplinaires au sujet d'"oralité et scripturalité" qu'il dirige entre 1985-1996. Il est co-éditeur de la série ScriptOralia qui comprend plus de 130 volumes actuellement

A partir de 1977, il s'engage dans l'évaluation et dans la promotion de la recherche (Deutsche Forschungsgemeinschaft, Wissenschaftsrat, Fondation Alexander von Humboldt etc.). Entre 1990 et 1993 il participe activement à l'évaluation et à la transformation des établissements de la recherche dans l'ancienne RDA.

En 1986, il est élu membre de l' Académie des Sciences de Heidelberg ; en 1990 on lui accorde le prix de la recherche du land Baden-Wurttemberg; en 1992, il se voit décerner le prix Gottfried Wilhelm Leibniz de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (le prix scientifique le plus prestigieux en Allemagne). Décoré avec la Médaille Heisenberg de la Fondation Alexander von Humboldt.

Depuis 1992, et jusqu'en 2006, il est membre du conseil scientifique des quatre universités de Grenoble : Institut National Polytechnique, Université Joseph Fourier, Université Pierre Mendès France, Université Stendhal, les trois dernières regroupées depuis 2015 sous un même toit administratif nommé Université Grenoble Alpes. De 2001 à 2005 il est membre du conseil d'administration de l' Agence d'Évaluation du Bade-Wurttemberg.

Ses publications concernent tant le domaine de la linguistique romane et générale que celui des lettres, la linguistique textuelle, la sémiotique, la typologie et les universaux linguistiques , le finnois et, grâce à ses activités de directeur d'un centre de recherches spécialisées pendant 12 ans, aussi bien le domaine de l'anthropologie culturelle.

De ses 26 thésardes et 13 thésards, 14 (pour moitié femmes) enseignent comme professeurs des universités tant en Allemagne qu'à l'étranger: Trudel Meisenburg (U Osnabrück), Maria Selig (U Ratisbonne), Claudia Riehl (LMU Munich), Damaris Nübling (U Mayence), Doris Tophinke (U Paderborn), Barbara Job (U Bielefeld), Sibylle Kriegel-Haase (U Aix-en-Provence); pour le reste: Hartwig Kalverkämper (HU Berlin), Ralph Ludwig (U Halle [Saxe-Anhalt]), Thomas Haye (U Göttingen), Heiner Böhmer (U Dresde), Johannes Niehoff-Panagiotidis (FU Berlin), Juan Carlos Palazuelos Montecinos (U Adolfo Ibañez, Chile), Alfonso Gallegos Shibya (U Guadalajara, México).

Comme son collègue linguistique émérite Hans-Martin Gauger (et le groupe de recherche "Poetik und Hermeneutik"), il regarde les mélanges ou Festschriften, inventés par ses compatriotes, comme une des maladies épidémiques de notre temps: il pense que ce sont là autant de signes d'une vanité -- bien humaine, certes -- qu'on doit dépasser. Il est logique qu'il ne veuille plus contribuer (et cela depuis 1987) aux mélanges d'autrui.

On peut trouver des informations supplémentaires dans Wikipedia, dans "Kürschners deutscher Gelehrtenkalender", dans "Wer ist wer in Deutschland?" et dans "Who is who in the world?"